Tout le monde aime le Cha-Cha-Cha / Everybody Loves to ChaChaCha

Le photographe espagnol Bego Antón (né en 1983) se concentre sur la relation entre les personnes et les animaux – un ensemble complexe d’interactions qui inclut les animaux que nous mangeons, collectionnons ou appelons les animaux de compagnie. Dans cet article, Antón parle de sa dernière série, Everybody Loves to ChaChaCha, qui capture l’amour ludique d’une communauté de New York, qui passe son temps libre à danser avec le meilleur ami de l’homme.

Spanish photographer Bego Antón (b. 1983) focuses on the relationship between people and animals – a complicated set of interactions that includes animals that we eat, collect or call pets. In this articlee, Antón talks about her latest series, Everybody Loves to ChaChaCha, that captures the playful love found within a New York community who spend their spare time dancing with man’s best friend.

Everybody-loves-to-chachacha-Bego Anton-dog photography- Missproutprout

Ce n’est pas Michael Blake avec Danse avec les loups qui a inspiré la photographe espagnole Bego Antón, mais la chanson de Sam Cook Everybody Loves to Cha cha cha. De New York à l’Arizona, la photographe a traversé les Etats-Unis à la rencontre de ces hommes et de ces femmes qui pratiquent le Musical Canine Freestyle.

It isn’t Michael Blake with Dance with Wolves that inspired Spanish photographer Bego Antón, but Sam Cook’s song Everybody Loves to Cha cha cha. From New York to Arizona, the photographer traveled across the United States to meet these men and women who practice the Musical Canine Freestyle.

Everybody-loves-to-chachacha-dog photography-Missproutprout

Ils s’appellent Barb & Rex, Laurie & Timber, Kath & Maisy, ils forment des couples de danse d’un genre particulier. En habits d’apparats pour les deux protagonistes, ils sautent, tournent, avancent d’avant en arrière, en diagonale, les pas dans les pattes de l’autre. Des heures et d’entraînement pour atteindre l’osmose parfaite. Il n’y a plus de maître ou d’élèves, plus de chien ou d’humain, mais deux corps en symbiose. Un moment, comme le dit la photographe « où l’homme et le chien sont sur un pied d’égalité ».

They are called Barb & Rex, Laurie & Timber, Kath & Maisy, they form dance couples of a particular kind. In formal dress for the two protagonists, they jump, turn, advance back and forth, diagonally, footsteps in the legs of the other. Hours and training to achieve perfect osmosis. There’s no longer a teacher or pupils, no dog or human, but two bodies in symbiosis.

Everybody-loves-to-chachacha-dog photography-Missproutprout

 » Ils s’entraînent partout, même au supermarché. Pour eux, c’est un jeu, ils le font pour s’amuser « .

 » They train everywhere, even at the supermarket, every single minute. For them, it’s like playing, they do it for fun « .

Everybody-loves-to-chachacha-dog photography-Missproutprout

Il existe des concours et des clubs pour apprendre à danser avec son chien, mais c’est dans la sphère intime que ces duos sont les plus à l’aise.

There are competitions and clubs to learn to dance with your dog, but it’s in the intimate sphere that these duets are most comfortable.

Everybody-loves-to-chachacha-dog photography-Missproutprout

Sources : gupmagazine.comnext.liberation.fr
Publicités
missproutprout