Les chiens sont capables de mentir aux humains pour obtenir ce qu’ils veulent / Dogs are able to lie to humans to get what they want

Une spécialiste suisse du comportement canin a mis en place une étonnante expérience sur un groupe de trentaine de chiens. Soumis à deux maîtres – l’un généreux, et l’autre avare en friandises –, les animaux se sont montrés étonnement doués à analyser la situation et agir en conséquence pour obtenir ce qu’ils voulaient.

A Swiss dog behavior specialist has set up an amazing experiment on a group of thirty dogs. Submitted to two masters – one generous and the other miserly – the animals were astonishing at analyzing the situation and acting accordingly to get what they wanted.

elodie_7

Le chien est réputé pour faire partie des animaux les plus malins. Mais l’intelligence du meilleur ami de l’Homme semble aller bien au-delà de ce que l’on pouvait imaginer jusqu’à présent, comme le révèle une étude suisse. Selon les travaux d’une scientifique de l’Université de Zurich, publiés dans la revue Animal Cognition, pour obtenir des friandises, les canidés domestiques seraient en effet capables de mentir aux humains.

The dog is famous for being one of the most clever animals. But the intelligence of the best friend of man seems to go far beyond what we could imagine so far, as revealed by a Swiss study. According to the work of a scientist from the University of Zurich, published in the journal Animal Cognition, to obtain treats, domestic canines would indeed be able to lie to humans.

À l’origine de cette étonnante révélation : une chercheuse en cognition canine, Marianne Heberlein, du département de biologie de l’évolution et d’études expérimentales de l’université helvétique. Alors qu’elle observait ses propres chiens, la scientifique a remarqué chez eux un amusant comportement : l’un d’entre eux faisait mine de repérer quelque chose d’intéressant à l’extérieur pour inciter ses congénères à quitter leur panier et profiter ainsi à leur place de leur confortable couchette.

Afin de découvrir si le chien osait aussi user d’une telle ruse avec ses maîtres, Marianne Heberlein et son équipe ont fait appel à une trentaine de chiens, tous volontaires bien entendu, à qui les scientifiques ont attribué deux partenaires humains aux comportements opposés.

elodie_6

 

At the origin of this astonishing revelation : a researcher in canine cognition, Marianne Heberlein, from the Department of Evolutionary Biology and Experimental Studies at the Swiss University. While observing her own dogs, the scientist noticed a funny behavior at home : one of them pretended to find something interesting outside to encourage her peers to leave their basket and enjoy instead of their comfortable berth.

In order to discover if the dog also dared to use such a cunning with its owners, Marianne Heberlein and her team called on about thirty dogs, all volunteers of course, to whom the scientists attributed two human partners to the opposite behaviors.

Deux maîtres aux rôles antagonistes

Le premier piochait une friandise dans la gamelle de l’animal, et la lui tendait gentiment en guise de récompense. Le second, en revanche, alléchait le chien en lui montrant la croquette, mais la mettait ensuite dans sa poche afin que l’animal ne puisse pas s’en délecter. À force de répétitions, ce manège a permis au chien d’identifier le plus généreux des deux partenaires, et de se diriger ainsi spontanément vers lui pour obtenir une récompense. Une fois ces rôles bien ancrés dans l’esprit de l’animal, c’est ensuite à lui qu’a été confiée la mission d’attirer son partenaire humain vers la nourriture.

Lorsque chacun des maîtres donnait l’ordre de lui montrer la nourriture, le chien se dirigeait vers l’une des deux boîtes disposées devant lui. Fidèle à sa fonction, le premier partenaire humain offrait volontiers la nourriture à l’animal, alors que le second la conservait jalousement. Troisième étape de l’expérience : proposer aux chiens trois boîtes fermées. La première contenait une saucisse juteuse, la deuxième un biscuit sec, un peu moins appétissant, et la troisième, quant à elle, était tout simplement vide. Pas bête, l’animal a alors choisi d’attirer le plus généreux de ses deux maîtres vers la boîte contenant la saucisse bien plus souvent qu’il ne l’a fait pour le second, dont il s’avait qu’il n’obtiendrait rien. Celui-ci était au contraire en général orienté par les chiens vers la boîte vide. La garantie d’obtenir un maximum de nourriture.

elodie_2

 

Two masters with antagonistic roles

The first man took a treat from the animal’s bowl and gently handed it to him as a reward. The second, on the other hand, gave the dog a show of kibble, but then put it in his pocket so that the animal couldn’t enjoy it. Through repeated rehearsals, this carousel allowed the dog to identify the most generous of the two partners, and thus spontaneously move towards him to obtain a reward. Once these roles are well anchored in the animal’s mind, it’s then to him that has been entrusted with the mission of attracting his human partner to food.

When each of the masters gave the order to show him the food, the dog went to one of the two boxes in front of him. True to its function, the first human partner willingly offered food to the animal, while the second kept it jealously. Third step of the experiment : to offer the dogs three closed boxes. The first contained a juicy sausage, the second a dry cookie, a little less appetizing, and the third, as for it, was simply empty. Not stupid, the animal then chose to attract the most generous of its two masters to the box containing the sausage much more often than it did for the second, which it wasn’t would get nothing. On the contrary, it was generally directed by the dogs towards the empty box. The guarantee to obtain a maximum of food.

Une incroyable capacité d’adaptation

« Ils ont montré une impressionnante flexibilité dans leur comportement. Ils n’adhèrent pas seulement à une règle stricte, mais pensent aux différentes options qui s’offrent à eux », explique Marianne Heberlein, qui s’étonne d’ailleurs de la rapidité avec laquelle les animaux sont parvenus à adopter un comportement optimal. « Ils ont été capables de faire la différence entre les deux partenaires vraiment très rapidement. Il n’y a pas eu besoin d’étapes d’apprentissage supplémentaires. D’autres animaux, tels que les singes, ont souvent besoin de dizaines de répétitions pour apprendre des leçons similaires », affirme Marianne Heberlein. Fidèle et dévoué, le meilleur ami de l’Homme n’en demeure pas moins un sacré filou quand il s’agit de nourriture…

elodie_6

An incredible ability to adapt

 » They have shown an impressive flexibility in their behavior, not only adhering to a strict rule, but thinking of the different options open to them, » explains Marianne Heberlein, who’s surprised by the speed with which which the animals have managed to adopt an optimal behavior. « They were able to tell the difference between the two partners really quickly, they wasn’t need extra learning steps, like others animals, such as monkeys, often need dozens of repetitions. to learn similar lessons, « says Marianne Heberlein. Faithful and devoted, the best friend of the Man remains a sacred trick when it comes to food …

Gifs : Copyright © Missproutprout; Source : Copyright © Gentside Découverte

Publicités
missproutprout

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s